charlie winston

 

(tous médias)

 single "rendez-vous" :

disponible depuis le 10 mai 2019

en tournée dans toute la france 

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • YouTube - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • Deezer - Black Circle

 

bio

Plus de trois années ont passé depuis la sortie de Curio City, troisième album de Charlie Winston. Conçu à son domicile londonien, l’album était l’œuvre d’un homme résolu à embrasser toutes les étapes de la création d’un disque, le travail d’un perfectionniste acharné prêt à s’échiner des heures entières jusqu’à ce qu’un son lui

apporte entière satisfaction.

Square 1, nouvel album du chanteur, en est l’exact opposé. Il résulte de la progressive prise de conscience d’un homme conscient de ses limites, heureux

d’accepter sa vulnérabilité et désireux, de récolter les joies du travail collectif qui préside à la conception d’un album.

« Avec Square 1, j’ai assumé mon besoin de faire appel à des collaborateurs extérieurs » explique sans détour Charlie Winston, revendiquant une approche plus simple et organique de la musique. « Ce disque, c’est l’œuvre de l’artiste accompli que je suis désormais. »  Celui d’un homme épanoui qui a appris à faire confiance à ses idées.  « J’ai toujours envisagé d’approcher les choses de manière complexe. Désormais, j’essaie de les simplifier. »

Les années qui se sont écoulées depuis ont sérieusement secoué l’homme, devenu

père, condition qui vous ramène à votre fragilité ultime d’humain de passage sur

terre. Et soucieux d’accorder au temps qui lui est imparti de vraies priorités.

Intitulé Square 1, l’album ramène son auteur aux raisons qui lui ont fait choisir la musique comme activité principale parmi d’autres activités artistiques. S’il ne constitue pas tout à fait un retour à la case départ – le succès et l’expérience sont passés par là – il marque le retour à une certaine fraîcheur dans son approche. Une grande partie du charme de Square 1 résulte de cette même approche à la fois plus spontanée et plus humble.

« J’ai renoué à ce que je préfère dans la musique : les sons de tabla, de kora, de marimba. J’ai remis ces éléments dans l’équation sans savoir dans quelle direction je m’engageais au départ. »

Installé dans un petit studio du Sud de la France – région où il réside désormais – Charlie Winston a consacré deux semaines au plaisir du jeu collectif avec deux musiciens. « Nous nous sommes installés dans la pièce avec quelques  micros en jouant spontanément. » C’est en piochant dans cette matière copieuse que Charlie a décelé des esquisses de chansons qui lui ont donné une direction.  « Pour une fois,

je n’étais pas en charge, mais juste l’élément d’un tout. » L’album s’est construit de façon naturelle et décontractée, Charlie passant beaucoup de temps à faire la cuisine pendant la confection de celui-ci.

Initialement, Charlie avait prévu une parenthèse. Celle-ci devait l’emmener lui et

sa famille vivre une nouvelle séquence de sa vie de nomade moderne au Malawi. De

sérieux problèmes de santé survenus la veille du départ, alors que les valises étaient faites et les minces possessions matérielles (Charlie est un adepte de la sobriété heureuse) se trouvaient en garde-meuble, en ont décidé autrement. Accueilli dans sa belle-famille dans le Sud de la France, l’homme en a profité pour s’établir dans la région où il réside aujourd’hui.

« Cette période m’a permis de faire le point sur ma vie et mes envies. J’ai profité de ma convalescence pour jouer de la guitare. Progressivement, je me suis senti prêt à refaire un disque. » Bientôt, l’uniforme distinctif de Charlie Winston allait refaire surface.

« Le chapeau est ressorti du placard » commente-t-il avec humour. Dix ans après un premier album qui avait fait de lui une star sur la foi du tube  Like a Hobo, Charlie Winston aborde un nouveau cycle avec sérénité.

 

single "rendez-vous"

 

clips

Merci d'écrire à bureaudepressececilelegros@gmail.com

si vous désirez recevoir le kit promo

ou pour toute demande d'interview.